• info@santi-shop.eu
  • |
  •  +32(0) 10.23.33.50
  •  
Le miel s'invite dans les hopitaux

 


Le miel est un cicatrisant naturel utilisé depuis la nuit des temps. Aujourd'hui, de nombreux services hospitaliers l'ont adopté pour aider à la cicatrisation des plaies et à la limitation des infections tout en diminuant l'apport de médicaments aux effets secondaires souvent délétères. Découvrez dans la suite de cet article comment et pourquoi les pouvoirs guérisseurs du miel ont conquis les chefs de différents services hospitaliers français. 



Le miel dans les services hôspitaliers

Aux quatre coins de la Frances, des services de chirurgie digestive (CHU de Limoges et St Brieuc),  de chirurgie ORL (Hôpital Georges-Pompidou à Paris) ou chirurgie gynécologique ( centre hospitalier de Bourg-en-Bresse), ont adapoté le miel pour désinfecter les plaies  profondes. 

Ainsi, ulcérations au niveau digestif et suites postopératoires de mastectomie sont traitées grâce à des pansements de miel voire des injections lorsque les entailles sont profondes. D'autres usages comme le trempage dans du miel de matériel de trachéotomie afin protéger les malades immunodéprimés de tout risque d'infection. 


Depuis 1984, le Pr Bernard Descottes, chirurgien digestif du CHU de Limoges, a soigné près de 3000 patients grâce aux miels de thym et de lavande. 


Pourquoi cet engouement pour le miel dans les hôpitaux français ?

  • Le miel est jusqu'à 200 fois moins cher que les traitements conventionnels sans les effets secondaires de ces derniers. 

  • Il facilite et accélère la cicatrisation tout en améliorant son aspect (étude comparative menée par le spécialiste de la chirurgie digestive au centre hospitalier de Saint-Brieuc, le Dr David Lechaux sur ses patients. Il a pris en photo les cicatrices de ses patiens soignés avec du miel ou avec un cicatrisant habituel en pommade à 1 mois d'intervalle. Ceux qui avaient bénéficié du traitement par le miel avait une meilleure et plus belle cicatrisation)


D'où viennent les pouvoirs anti-infectieux et cicatrisant du miel ?

  • La viscosité du miel crée un pansement hermétique . Son rôle de barrière empêchent donc la contamination par des agents infectieux

  • La concentration de sucre contenue dans le miel permet l'absorption de l'eau. Ainsi, les bactéries s'assèchent, se déshydratent à son contact.

  • L'acidité du pH du miel qui est compris entre 3,2 et 4,5 limite le développement des bactéries. 

  • Le miel contient de la défensine-1 qui est une protéine provenant des jeunes abeilles ouvrières et qui a la vertu d'être un antiseptique naturel. De plus, on retrouve également des enzymes, des inhibes et du MGO (méthylglyoxal) qui renforcent cette propriété.


Quels miels utilisent alors les établissements hospitaliers ?

Selon la fleur butinée, les propriétés du miel diffèreront. Selon le Centre Suisse de recherche apicole (2001), le miel de colza serait le meilleur cicatrisant. Cependant, mieux vaut miser sur du miel fraîchement récolté ou âgé de moins de 6 semaines car celui-ci renferme des bactéries lactiques bienfaisantes qui produisent un biofilm protégeant ainsi des bactéries pathogènes.


Les miels cicatrisants utilisés dans les hôpitaux sont ceux produits par les abeilles européennes Apis Mellifera ou tanzaniennes Apis Mellifera Sculleta. Ces miels ne doivent pas être trop liquides car à partir de 18% d'eau, le miel peut fermenter ce qui le rendrait inutilisable pour un usage médical. 

Le miel de Manuka est un miel néo-zélandais réputé pour être un excellent antiseptique et cicatrisant grâce à sa forte teneur en MGO.


Afin d'être utilisé à des fins médicales, le miel doit suivre un protocole bien précis :

  • Il doit subir une stérilisation au rayon gamma car dans le miel frais, il n'est pas impossible de retrouver exceptionnellement des spores tétaniques, des toxines botuliques et l'ascosphérose, un champignon.

  • Le miel ne doit pas être chauffé au-delà de 43°C et être le plus frais possible. En effet, au bout d'un an de conservation, le miel perd progressivement de ses propriétés cicatrisantes (mais pas antiseptique)

Son application ne doit pas déborder de la plaie et se faire en fine couche car son acidité pourrait endommager les tissus environnants.


Le miel dans les hôpitaux, une medecine du futur

L'usage du miel dans les hôpitaux se répend de plus en plus. Les études scientifiques et l'expérience sur le terrain ont prouvé à de nombreuses reprises les pouvoirs guérisseurs du miel. Cette collaboration entre médecine moderne et traditionnelle a encore de beaux jours devant elle !



Sources : article paru dans National Geographic: « le miel: un cicatrisant naturel à l'hôpital » par Julie Lacaze https://www.nationalgeographic.fr/sciences/le-miel-un-cicatrisant-naturel-lhopital 


Alexia Bernard
31 août, 2020
Partager ce poste
Archiver
Products
Se connecter pour laisser un commentaire.