Qu’est-ce que le miel ?

C’est d’abord et avant tout le prodigieux produit du travail des abeilles. Plus ou moins blond ou ambré, plus ou moins liquide et se solidifie avec le temps. Les abeilles prélèvent sur les fleurs le nectar lorsqu’elles butinent. Durant ce transport aérien, le nectar est stocké dans leur jabot. Puis, elles reviennent à la ruche et régurgitent le nectar qui passe de la bouche de la butineuse à celle des ouvrières.

Comment les abeilles communiquent ?

Les abeilles ont deux estomacs : l’un pour se nourrir, l’autre pour nourrir la colonie.  Ce moment s’appelle la trophallaxie.  Ainsi, elles peuvent se passer le nectar ou le miel d’une abeille à l’autre ou encore à la reine. Ce transfert alimentaire se fait sur demande. La quémandeuse tapote un code sur les antennes de la transporteuse qui, si elle l’accepte, amène une goutte de nectar sur le bord de ses mandibules. La quémandeuse aspire le butin avec sa langue dépliée. Lors de ces transferts, les abeilles s’échangent également des informations chimiques qui influencent le comportement de toute la ruche

Ces transferts transforment le nectar en miel. Il est enrichi de nombreuses enzymes qui se trouvent dans la bouche des abeilles. Il est ensuite placé dans les alvéoles de la ruche et est séché par le mouvement des ailes des abeilles. Au bout de trois semaines, le nectar digéré, régurgité, stocké et séché est devenu du miel 

De quoi est composé le miel ?

Il s’agit essentiellement de sucres naturels. Au Moyen-Âge, il s’agissait du seul sucre accessible à la plupart des Européens.
Il était donc considéré comme précieux même si l’apiculture était répandue. Les ruches étaient faites de paille (nord de la France), d’osier (Germanie) ou dans des troncs (Méditerranée). 

Aujourd’hui, on sait que le miel contient surtout du glucose et du fructose. Sont également présents du maltose, du saccharose et d’autres sucres complexes : galactose, mélibiose, leucrose, turanose, mélézitose, nigérose... 

Les miels liquides ont une teneur plus forte en fructose, tandis que ceux qui sont riches en glucose sont plus solides : ils se cristallisent.  Pourtant, l’indice glycémique du miel reste faible. Cela veut dire que ces sucres prennent leur temps avant de pénétrer dans votre sang. Comme ils sont complexes, il faut du temps à votre organisme pour les décomposer. 

À l’inverse, le sucre blanc, ou le sucre des jus de fruits ou des pâtes au blé raffiné, sont des sucres à l’indice glycémique très élevé. Ils rentrent tout de suite dans votre sang. 

Le miel contient aussi :
• de l’eau (20%),
• des minéraux (sodium, calcium, phosphore, magnésium, fer et zinc),
• un peu de graisse,
• des enzymes multiples issues de la bouche des abeilles
• et des vitamines B2, B3, B9 et C.

Le miel contient aussi des flavonoïdes, issus des fleurs butinées, des esters, des alcools et des pigments. C’est un produit complexe et riche. Il ne faut pas en abuser ! Par ailleurs, d’un miel à l’autre, la composition varie même si l’on retrouve sensiblement les mêmes ingrédients. Chaque ruche a ses recettes et livre un produit vivant !

Quels sont les effets du miel sur la santé ?

Le miel est connu depuis l’Antiquité pour ses vertus thérapeutiques. Chez les Grecs, il était considéré comme un remède à part entière, plus que comme un aliment. Le miel est notamment connu pour ses vertus antiseptiques, antibactériennes et antifongiques qui lui viennent notamment des enzymes des abeilles. 

Ces propriétés le rendent excellent pour accompagner les infections du système digestif et de l’estomac en particulier. Il adoucit les inflammations des voies digestives rendant l’usage de médicaments toxiques ou agressifs non nécessaire. Le miel permet aussi de lutter contre les candidoses malgré la présence de glucose. Il lutte contre l’herpès, la conjonctivite et les dermatites. Il est particulièrement doux pour la gorge. Il soigne vos cordes vocales et vous aide à apaiser les infections de toute la zone respiratoire. 

Le miel, quel extraordinaire guérisseur !

Le miel est aussi connu pour ses vertus cicatrisantes. Il est parfois utilisé à l’hôpital pour cela. Vous pouvez en mettre sur vos plaies, vos piqûres et vos blessures. Il aide la peau à se reconstituer et nettoie la vie microbienne qui ne demande qu’à se nourrir de vos bobos…

Comment choisir son miel ? 

D’un point de vue digestif et glycémique, mieux vaut privilégier les miels un peu plus liquides.  Selon un apiculteur, les miels spécifiques (thym, romarin, acacia, etc) peuvent créer une pression supplémentaire sur les abeilles dont le miel est prélevé à des dates précises. 
Pour le reste, méfiez-vous des miels sur lesquels est écrit la mention “miel UE et hors UE”. Ces miels-là viennent pour l’essentiel de Chine et sont chargés de glucose. 

En revanche, adressez-vous directement à un producteur, ou consultez notre sélection de miel. Nous savons d’où ils viennent, ce sont des produits en général, d’une grande qualité. Evidemment, ils sont alors un peu plus chers, mais ce n’est pas une surprise : c’est un produit de luxe !

Par:
M.D.

Publié le:
11 août, 2022

Dernière modification:
15 septembre, 2022
Partager ce poste
Archiver
Products
Pourquoi et comment consommer des oligoéléments ?