• info@santi-shop.eu
  • |
  •  +32(0) 10.23.33.50
  •  
La dépendance alimentaire : quelle solution ?

Bien que la nourriture soit une partie importante de la vie, nos habitudes alimentaires peuvent parfois être malsaines (comme manger la nuit !). La nourriture est une source de nourriture et de plaisir. Pourtant, parfois, manger peut dépasser une partie agréable de la vie et se transformer en territoire de dépendance.

La dépendance alimentaire est-elle réelle ?

Tout porte à croire que la dépendance alimentaire est très réelle, surtout lorsqu’il s’agit d’aliments transformés, sucrés et salés. Ces aliments sont considérés comme très appètent, ce qui signifie qu’ils plaisent au palais et au cerveau.

La nourriture, en particulier ces aliments très appètent, stimulent le centre de récompense du cerveau. Pour certaines personnes, cette stimulation peut reproduire ce qui se passe dans la dépendance aux drogues ou à l’alcool.

Dans la nature, le cerveau nous récompense pour avoir adopté des comportements de survie (comme l’alimentation et le sexe) en libérant de la dopamine. Habituellement, la satiété survient après avoir mangé, ce qui est aussi une sensation de satisfaction.

Selon l’Encyclopédie des sciences de l’alimentation et de la nutrition, cela signifie que certaines personnes peuvent se retrouver coincées dans la faim et la récompense et ne jamais atteindre la satiété.

Aliments industrialisés et toxicomanie

La dépendance alimentaire est une maladie relativement nouvelle. Et ce n’est pas seulement parce que la nourriture est plus facilement disponible pour la plupart d’entre nous que jamais auparavant dans l’histoire.

Les entreprises alimentaires industrielles emploient des équipes de recherche pour trouver la bonne combinaison d’ingrédients pour fabriquer des aliments qui créent une dépendance. C’est une raison de plus pour laquelle il est si important de manger de la vraie nourriture.

Nous dépendons tous de la nourriture. Comme nous l’avons expliqué plus haut, il y a une raison biologique pour laquelle nous cherchons de la nourriture (et une raison biologique pour laquelle elle est gratifiante). Il n’y a pas de mal à apprécier la nourriture et à trouver du plaisir dans la nourriture.

Symptômes de la dépendance alimentaire

symptômes dépendance alimentaire

Les chercheurs du Rudd Center for Food Science & Policy de l’Université Yale ont élaboré un questionnaire qui peut aider à identifier les personnes souffrant de dépendance alimentaire. Voici les symptômes que le questionnaire permet de déceler :

  • Manger des aliments qui créent une dépendance en plus grande quantité et pour de plus longues périodes que prévu (p. ex., manger jusqu’au point de devenir malade).
  • Désir persistant ou tentatives répétées et infructueuses d’arrêter de manger trop de nourriture
  • Consacrer beaucoup de temps et d’énergie à obtenir, à manger et à se remettre de l’utilisation.
  • Abandon d’activités sociales, professionnelles ou récréatives importantes
  • L’utilisation se poursuit malgré la connaissance des conséquences néfastes (perte de relations, gain de poids, etc.).
  • Développement de la tolérance (besoin de manger de plus en plus)
  • Le sevrage (symptômes physiques de sevrage comme l’anxiété ou l’agitation lorsqu’il s’agit de réduire la consommation d’aliments et/ou de manger pour les soulager)
  • Détresse importante causée par l’alimentation (dépression, anxiété, culpabilité, etc.)

Si vous pensez avoir certains des symptômes d’une dépendance alimentaire, un médecin ou un praticien holistique peut vous aider.

La dépendance est-elle physique ou émotionnelle ?

Comme beaucoup d’autres dépendances, la dépendance alimentaire peut être émotionnelle, physique ou les deux. Les envies de fumer sont un moyen pour le corps d’essayer de retrouver l’équilibre (homéostasie). Les déséquilibres physiques (comme le fait de ne pas avoir assez de certains micronutriments) peuvent jouer un rôle, mais un expert note que la dépendance alimentaire a souvent une composante émotionnelle.

Causes physiques de la dépendance alimentaire

La dépendance alimentaire peut être causée par des problèmes physiques de plusieurs façons importantes.

Stress

stress

Ce n’est un secret pour personne que le stress est un gros problème dans la vie moderne. Mais le stress peut aussi jouer un rôle important dans la dépendance alimentaire. La réaction de combat ou de fuite que nous connaissons tous est une réaction ancienne qui nous garde en sécurité. Lorsque le loup se trouve à l’entrée de la grotte, cette réaction fait augmenter la glycémie, augmente la tension artérielle et active le système immunitaire par l’inflammation. Tout cela fonctionne parfaitement dans ce scénario parce qu’une fois la menace passée, tous ces systèmes reviennent à la normale.

Dans la vie moderne cependant, le stress provient de sources qui ne disparaissent pas nécessairement. Un milieu de travail difficile, un horaire familial chargé et d’autres facteurs de stress quotidiens sont tous des exemples de facteurs de stress modernes. Ils font réagir le corps de la même façon qu’il réagirait au loup, sauf que la menace ne disparaît pas (ou est rapidement remplacée par une autre).

Déséquilibres hormonaux

Les hormones du stress jouent un rôle comme mentionné ci-dessus. Mais d’autres hormones peuvent aussi affecter la dépendance alimentaire.

Une étude réalisée en 2015 a révélé qu’une carence en hormone (GLP-1) provoque une suralimentation chez la souris, en particulier dans les aliments gras. C’est logique puisque la graisse est nécessaire à la synthèse des hormones. Cependant, les graisses malsaines qui sont facilement disponibles dans les aliments transformés ne sont pas les meilleurs éléments constitutifs des hormones. Il serait donc logique que la consommation de ces aliments riches en graisses ne satisfasse pas les besoins de l’organisme en graisses hormonales (et permet à la boucle de la dépendance alimentaire de continuer).

L’examen de 2018 dont il a été question précédemment a également révélé qu’il existe des différences dans les hormones (myéline, prolactine, hormone stimulant la thyroïde) chez les participants qui répondent aux critères de dépendance alimentaire et ceux qui n’y répondent pas. Cela suggère que les hormones peuvent jouer un autre rôle dans la dépendance alimentaire. Pourtant les chercheurs réclament plus de recherche dans ce domaine.

Carence en éléments nutritifs/Pauvreté alimentaire

Les recherches publiées en 2010 montrent que la densité nutritionnelle des aliments est plus importante pour la satiété alimentaire que le nombre de calories.

Ainsi, manger des aliments faibles en nutriments peut causer plus de faim. Et manger plus d’aliments faibles en nutriments ne fera que maintenir le cycle.

De plus, les envies sont souvent un signe que le corps a besoin de quelque chose. La faim persistera jusqu’à ce que quelque chose soit obtenu. Les aliments à faible teneur en nutriments ne donneront probablement pas à l’organisme ce dont il a besoin. Ainsi, le corps continuera à chercher de la nourriture.

Causes émotionnelles de la dépendance alimentaire

Lorsque la dépendance alimentaire a une composante émotionnelle, elle peut être plus complexe. Voici quelques-unes des causes émotionnelles :

Incapacité de composer avec les émotions négatives

Tout comme les drogues récréatives, la sensation de bien-être que procure la consommation d’aliments sucrés, salés ou gras peut masquer les émotions négatives. Manger est une façon de faire face à ces émotions négatives puisqu’il procure la libération de dopamine qui nous fait nous sentir si bien. Lorsque nous n’avons pas les compétences nécessaires pour faire face aux émotions négatives, il peut être plus facile de se tourner vers les substances (y compris la nourriture !) pour se soulager.

Selon la revue Physiology & Behavior, la dépendance alimentaire vise davantage à soulager ou à éviter les sentiments négatifs qu’à rechercher les sentiments positifs.

Besoins non satisfaits

Un article paru dans Psychology Today affirme que la dépendance alimentaire est en fait un désir d’amour et de sécurité, deux choses dont nous avons tous besoin. L’article explique que de nombreuses personnes qui ont des problèmes d’alimentation émotionnels ont aussi des problèmes relationnels parce que la nourriture et les relations sont un moyen de rechercher ces sentiments. Cependant, utiliser la nourriture pour se réconforter, au lieu de trouver un moyen de répondre à ces besoins, peut être malsain.

Faible estime de soi

Beaucoup de personnes qui ont des problèmes d’alimentation émotionnels ou une dépendance alimentaire ont une faible estime de soi, mais il n’est pas clair qui a causé l’un l’autre. Une étude réalisée en 2001 a révélé que les crises d’hyperphagie boulimique étaient associées à des caractéristiques émotionnelles négatives comme la dépression, une faible estime de soi et la névrose.

Bien que nous ne sachions pas si le manque d’estime de soi est une cause directe de la dépendance alimentaire, il ne peut qu’aider à y remédier.

Que faire contre la dépendance alimentaire ?

Le traitement de la dépendance alimentaire est compliqué et implique souvent de s’attaquer à plus d’une cause sous-jacente. Si vous pensez avoir un problème de dépendance alimentaire ou d’alimentation émotionnelle, discutez avec votre professionnel de la santé des moyens naturels de réinitialiser les fringales et d’arrêter de manger émotionnellement.

Sources:

Gordon, E., Ariel-Donges, A., Bauman, V. et Merlo, L. (2018). Quelles sont les preuves de la « dépendance à la nourriture?»: Un examen systématique. Nutrients, 10 (4), 477. doi: 10.3390 / nu10040477

Satiété. (Dakota du Nord). Extrait de https://www.sciencedirect.com/topics/agricultural-and-biological-sciences/satiety

Parylak, SL, Koob, GF et Zorrilla, EP (2011). Le côté sombre de la dépendance alimentaire. Physiology & Behavior, 104 (1), 149-156. doi: 10.1016 / j.physbeh.2011.04.063

Base de données d’instruments de mesure pour les sciences sociales. (Dakota du Nord). Extrait de http://www.midss.org/content/yale-food-addiction-scale-yfas

Marie Dupont
14 novembre, 2019
Partager ce poste
Étiquettes
Modifier
Archiver
Se connecter pour laisser un commentaire.