• info@santi-shop.eu
  • |
  •  +32(0) 10.23.33.50
  •  
Naturopathie : préparer soi-même son macérât huileux

 Le macérat huileux est une préparation naturelle qui peut tout à fait être réalisée à la maison par vos propres soins. Le processus est extrêmement gratifiant et nous reconnecte au pouvoir guérisseur de la nature. Nous nous transformons pour un instant en sorcières et sorciers des temps modernes. Découvrez comment préparer vous-même à la maison et pourquoi pas avec vos enfants des macérâts huileux avec des plantes médicinales sauvages ou du jardin. 


L'importance du contenant et  de la conservation

Stérilisez correctement vos contenants en verre. Des bocaux en verre fumée ou teinté est le mieux pour éviter l'altération de votre macérât huileux maison. En effet, la lumière du soleil peut endommager votre préparation  en la rendant inefficace. 


Comment reconnaître une préparation qui a tourné ?

L'odeur ne trompe pas ! Un macérât qui a tourné sentira le rance ou l'huile passé. Evitez de le jeter dans l'évier ou les toilettes. Offrez-le à la Terre, versez-le dans un coin de votre jardin...  


La conservation se fait dans un endroit sombre et frais. Une remise, un chais, un placard feront parfaitement l'affaire. Eviter les greniers, les combles et les garages non isolés et à l'intérieur desquels la température peut vite grimper. Une fois ouvert, le réfrégirateur vous permettra de ralentir l'oxydation de votre préparation. 


La cueillette ou l'art de communier avec la nature

Si vous décidez de ceuillir vous-même vos plantes à macérer, faites-le en été par une journée ensoleillée. Le solstice d'été est généralement la période traditionnellement privilégiée mais en fonction de la matière première nécéssaire, cela peut évidemment se faire en fonction de la saisonnalité de la plante et de son cycle (bourgeon, fleur, graines, jeunes pousses etc....). 

Il y a quelques règles à suivre pour une cueillette éthique et responsable :

  • ne pas arracher les racines

  • cueillir uniquement ce dont on a besoin et toujours laisser au moins ¾ de la parcelle intacte.

  • privilégiez les endroits sauvages, loin des passages, de toute activité humaine, des champs de culture ou d'élevage.


Après avoir récolté vos plantes fraîches, veillez à bien les faire sécher. Ceci est très important car en effet, l'eau contenue dans celles-ci pourrait faire tourner votre préparation. Pour vérifier, pressez la fleur entre vos doigts. Si elle s'effrite, c'est qu'elle est sèche !

Sinon, misez directement sur des plantes et feuilles séchées de votre herboriste !


Une cueillette en consience pour un macérât huileux aux vertus magiques

Les plantes ont chacune leur propres identités vibratoires. Tout comme les élixirs floraux (fleur de Bach pour les plus connues), les macérâts huileux ont des vertus subtiles. Pendant votre cueillette, prenez le temps de remercier la plante, de vous connecter à son esprit, de vous sentir en communion avec la nature qui vous entoure. Préparer son macérât huileux du début à la fin s'apparente à un acte alchimique. On transforme une matière première en une préparation vertueuse. 

La cueillette en pleine nature ou même dans son jardin, ce n'est pas aller faire ses courses au supermarché. C'est un acte de connexion, de reconnaissance et de gratitude. Tout est dans la nature. 


Quelle huile végétale pour la macération

Huile d'olive, d'amande, de tournesol, de colza, de noisette, de sésame, etc... Il en existe pléthore !

Mais pour votre préparation, il vous faut une huile végétale stable à température ambiante, c'est-à-dire qui ne rancisse pas trop vite, qui ne s'oxyde pas trop vite. 

Pour cela, misez sur les huiles saturées ou monoinsaturées. 

Les huiles végétales saturées comme l'huile de coco ou le beurre de cacao sont extrêmement stable mais elle se solidifie à température ambiante. Cela rend impossile la macération à froid....

Les huiles végétales monoinsaturées sont donc les meilleures. L'huile d'olive en est la reine. 

Pour créer un baume, vous pouvez allier huile d'olive et huile de coco par exemple. 


Les huiles végétales à éviter pour votre macérât huileux maison :

  • huile de colza

  • huile de germes de blé

  • huile de maïs

  • huile de tournesol

  • huile de soja 

  • huile de noix. 

Si vous voulez absolument les utiliser, il vous faudra les stabiliser avec des huiles essentielles. 


Le macérât huileux : le procédé


  • Dans votre pot en verre parfaitement stérilisé, disposez la plante bien séchée et recouvrez la d'huile d'olive vierge et bio de 1ère pression à froid

  • Laissez le pot ouvert, recouvrez-le avec une gaze tenue par un élastique. Le pot ne doit absolument pas être fermé hermétiquement. Il doit respirer pendant toute la macération laissant ainsi l'humidité s'évaporer.

  • Le lendemain, vérifier le niveau d'huile et compléter au besoin. Les plantes doivent toujours être parfaitement recouvertes (si elle flotte, c'est ok aussi)

  • Mettre le pot dans un sac en papier et le disposer devant une fenêtre en plein soleil. Le sac permet de protéger la prépration des UV . 

  • Remuer la préparation de temps en temps 

  • La macération dure au minimum 1 mois. 

  • Filtrer avec un tissu (sac à vrac, tissus de récupération, collant....)

  • Mettre en bouteille.


Quelques exemples de macérât huileux à préparer chez soi

  • Pâquerette : soulage les dermatites

  • fleur de pissenlit : soin anti-âge

  • millepertuis : appaise les brûlures et les coups de soleil

  • carotte séchée : prépare la peau au bronzage et soin anti-oxydant après soleil

  • romatin : anti-acnéique

  • plantain : cicatriseet calme les démangeaisons et les piqûres d'insectes

  • calendula :calme les inflammations, parfaite pour la peau des bébés (croûte de lait et érythème fessier)



Alexia Bernard
7 septembre, 2020
Partager ce poste
Archiver
Products
Se connecter pour laisser un commentaire.