• info@santi-shop.eu
  • |
  •  +32(0) 10.23.33.50
  •  
Anti-coagulants et alimentation

La coagulation est un processus naturel important  pour notre organisme. C’est ce qui nous permet de nous protéger contre les saignements via la formation de caillots. Mais pour diverses raisons de santé, certaines personnes ne peuvent pas coaguler. C’est pourquoi, il leur est recommandé de prendre des anti-coagulants.

La vitamine K, alliée de la coagulation

La vitamine K, vitamine de la coagulation, est en grande partie apportée par l’alimentation. Si vous ne pouvez par coaguler, il est important de ne pas surconsommer les aliments les plus riches en vitamine K, comme les légumes verts à feuilles (famille des choux, épinards, …), le soja et ses dérivés et les huiles végétales. Il est cependant important de ne pas bannir complètement ceux-ci de votre alimentation car ils contiennent d’autres vitamines, des antioxydants et des fibres qui sont indispensable à l’organisme. Le maître mot reste donc : EQUILIBRE. Il faut également savoir que de nombreux aliments contiennent de la vitamine K, mais la plupart d’entre-eux en contiennent des doses inférieures à celles qui pourraient inhiber l’action des anti-coagulants.

Le rôle des anti-coagulants

L’avantage des anti-coagulants est qu’ils sont utiles pour empêcher la formation de caillots en cas de pathologies cardiaques comme les infarctus, la fibrillation auriculaire ou suite à la pose d’une prothèse valvulaire. Par contre, ils sont associés à un risque hémorragique important.

Les personnes souffrant de ces pathologies sont bien souvent amenées à consommer ce qu’on appelle des antivitamines K (AVK). Celles-ci vont occuper la place de la vitamine K dans des réactions indispensables à la synthèse de certains facteurs de la coagulation. Cependant, leur efficacité est très variable et dépend de l’âge, du poids, de la génétique, … S’ils sont pris en quantité trop importante, il y a un risque d’hémorragie et s’ils sont pris en quantité trop faible, l’organisme est insuffisamment protégé. C’est pourquoi il faut toujours se référer à un avis médical avant tout changement de traitement. Attention également que ces antivitamines sont soupçonnées de détruire le foie sur le long terme.

Outre ces médicaments anti-coagulants, la nature nous offre des remèdes pour limiter la coagulation : ce sont les aliments anti-coagulants. Nous allons en détailler quelques uns.

Les aliments anti-coagulants

La curcumine, présente dans le curcuma, a une action sur les plaquettes pour empêcher la formation de caillots. Des recherches ont montré qu’il est préférable de ne pas dépasser la dose de 150 mg de curcumine par jour quand on est sous anti-coagulants. Cela correspond environ à 3g de poudre.

Le gingembre, reconnu  pour ses nombreux bienfaits sur la santé, contient de l’acide acétyl-salicylique (aspirine), qui peut aider à prévenir des accidents vasculaires cérébraux. Son action anti-coagulante étant assez puissante, il est recommandé d’en éviter la consommation si vous prenez des médicaments pour éclaircir le sang, si vous faites facilement des ecchymoses ou si vous souffrez de maladies cardiaques. D’autres aliments, également riches en acide acétyl-salicylique, comme l’avocat, les baies, le piment et les cerises, aident à lutter contre la coagulation.

La coumarine contenue dans la cannelle, en fait un anti-coagulant puissant. Elle est donc à éviter avant une chirurgie, pendant la période des règles ou avant un accouchement. De plus, elle aide à diminuer la tension artérielle et soulage les inflammations.

Les piments de Cayenne quant à eux, ont un puissant effet sur la dilution sanguine, dû à la présence de salicylate. Ils jouent également un rôle sur la diminution de la pression artérielle et sur l’amélioration de la circulation sanguine.

La vitamine E agit également comme un léger anti-coagulant. A forte dose (1,2 à 1,6 ml par jour), elle fluidifie le sang et évite les thromboses et les phlébites.  

Les autres aliments qui fluidifient le sang sont :

  • Dans la famille des légumes : La laitue, les tomates, le brocoli, les oignons et l’ail.
  • Dans la famille des fruits : les baies, le raisin, le pamplemousse, l’ananas et la grenade.
  • Les noix, les amandes, les noix de cajou, les noix du Brésil, les noisettes et les pistaches.
  • Les maquereaux, la truite, le hareng, le thon et le saumon.
  • Le thé vert, les jus de raisin, d’ananas et de canneberge.
  • Le chocolat noir.

Comme vous le voyez, de nombreux ingrédients naturels peuvent vous aider à réduire la coagulation sanguine. Mais il est important de vous rappeler qu’il ne faut pas les substituer à votre médicament sur ordonnance sans avis médical. Il est également important de ne pas surconsommer ces aliments en parallèle à votre traitement pour éviter qu’ils ne fluidifient trop votre sang et augmentent le risque d’hémorragie. De plus, certains aliments très riches en vitamine K vont réduire l’efficacité de vos médicaments anti-coagulants, ce qui pourrait être favorable à l’apparition de caillots.

Sarah Garny
26 mars, 2019
Partager ce poste
Archiver
Se connecter pour laisser un commentaire.