Artemesia annua

ZZZ Nigelle cultivée, graines (1kg) - bio

15,30 € 15.3 EUR 15,30 €

15,30 €

    Cette combinaison n'existe pas.


    Gagnez 153 beez en achetant ce produit

    Contenu: 1.0
    Unité: KG

    Les graines de nigelle cultivée ou cumin noir (nigella sativa) sont utilisées comme remède ou comme épice. Leurs propriétés curatives sont connues depuis fort longtemps et au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, elle sont traditionnellement utilisée pour leurs étonnantes qualités de guérison de nombreuses pathologies. La science moderne s'y est aussi intéressée et a déjà confirmé une grande partie leurs effets bénéfiques.
    Plusieurs études ont démontré en particulier que la nigelle stimule les cellules du système immunitaire et confirmé ses vertus antibactériennes et antimycosiques ainsi que son efficacité pour faire baisser le taux de sucre sanguin. La recherche se penche de plus en plus sur le potentialités de la nigelle dans la prévention et le traitement du cancer. La nigelle est réputée anti-inflammatoire, analgésique, antibactérienne, antifongique, antioxydante, antivirale, antidiabétique, hypotensive, stimulante, digestive et diurétique.
    Autre noms utilisés : Herbe aux épices, Cheveux de Vénus, Barbe des Capucins, Patte d'Araignée, Barbiche, Cheveux d'Ange et pour les graines « poivrette ».

    Nom latin

    Nigella sativa

    Origine

    Egypte

    Production

    Pour beaucoup, le cumin noir originaire d'Egypte est reconnu comme ayant la plus grande efficacité thérapeutique. Il y pousse dans des conditions climatiques idéales sur des sols auxquels il est parfaitement adapté.

    Précautions d'emploi

    Potentiellement toxiques en raison de la présence de terpénoïdes et d'alcaloïdes les graines de nigelle sont néanmoins largement consommées comme épice et comme plante médicinale et la toxicité de la nigelle semble pratiquement nulle en ce qui concerne la consommation des graines, de l'huile ou de l'extrait aqueux. Seules la thymoquinone et l'huile essentielle possèdent une toxicité chez la souris en injection intrapéritonéale et il manquerait encore des études sur la tolérance cutanée de l'huile, la mutagénicité et la toxicité de l'huile essentielle par voie orale.